Jeudi Evasion

Musée de la VISCOSE

Musée de la  viscose  à Echirolles (Isère) le 19/11/2015

 

Vous avez sans doute porté des vêtements  contenant de la viscose mais  connaissez-vous  l'origine et les étapes de fabrication de cette matière ?

Les participants  aux "jeudis évasion" se sont donc  rendus  au musée de la viscose ,installé  sur le site même de l' usine à Echirolles ,afin d' en découvrir tous les secrets .

L'histoire  de cette matière  commence  avec la mise au point par H. de Chardonnet de la fabrication d' une fibre imitant la soie naturelle , elle est issue de la cellulose du bois . En 1927 , la  Société Nationale de la Viscose ouvre ses portes dans un petit village au bord du Drac près de Grenoble : Echirolles . La cité de la Viscose est construite  pour loger les ouvriers  venus de toute l' Europe , l' usine comptera jusqu'à 2000 travailleurs .

Nous voici autour des machines soigneusement conservées afin de comprendre les étapes de fabrication .

Les feuilles de pâte  de bois subissent toute une série  de transformations :elles sont perforées ,plongées dans la soude, essorées, déchiquetées ,broyées ...on obtient  alors  un mélange floconneux  qui , après sulfuration,  donne le "miel viscose". Ce dernier passe  alors   en cave de mûrissement  puis dans les filtres-presses et dans la filature  ,on obtient alors le "gâteau" (enroulement de  fils) Restent les étapes  de lavage, les opérations de finissage  et les contrôles généralement effectués par les femmes dont on apprécie la dextérité .

Les  fiches  de renseignements concernant chaque ouvrier  ont été conservées ,elles sont exposées , elles constituent la mémoire de l' usine ,elles nous rappellent  que l' histoire de la viscose c' est aussi celle de ces hommes qui  affrontaient de dures conditions de travail  notamment à cause du bruit et de l' utilisation des acides .Des documents évoquent les luttes ouvrières .

Un film ,particulièrement émouvant, retrace l' histoire de cette usine , la vie des viscosiers  dans la cité ,leur implication  dans les grands moments de notre histoire .  Celle  de la viscose  s'est arrêtée en 1989  mais  elle a laissé son empreinte  dans l' urbanisme  et dans la mémoire collective .

Une belle aventure  industrielle et humaine . 

ville de Montluel

Visite du centre historique de Montluel le 16/10/2014

 

La saison 2014-2015  des "jeudis -évasion" a débuté par la visite de Montluel, ville voisine, mais connaissons-nous vraiment son patrimoine historique ?

La visite débute au pied de la tour carrée, vestige des fortifications qui entouraient la ville basse au XIVème siècle .Le  seigneur de Montluel dépendait alors de la Maison de Savoie, la ville occupait une position privilégiée pour les échanges et une situation  stratégique entre le duché de Savoie et le royaume de France  auquel elle fut rattachée   en 1701.

La ville comportait de nombreux canaux pour alimenter les moulins, les fontaines délivraient une grande quantité d’eau, la Sereine continue d' ailleurs à arroser  copieusement les Montluistes!

Les bâtiments religieux dressent encore leurs belles façades de pierre :  le couvent des Augustins (fin XIVème) conserve aussi le souvenir  de l' assassin Dumollard emprisonné en ces lieux et guillotiné sur la place de la ville ;le couvent  et la chapelle de la Visitation  (bel escalier Renaissance pour l'un , façade byzantine pour l' autre) quant à la collégiale Notre-Dame des Marais ,incluse dans les remparts , bâtie sur un sol marécageux ,son parvis est supporté par des madriers ; il ne subsiste de l' église St  Etienne , plus tardive ,que le porche visible dans la  grande rue .

Nous  nous arrêtons devant quelques bâtiments remarquables :la demeure des princes de Condé ,l' auberge de le Couronne ...pour terminer par l' apothicairerie , la pharmacie de l'hôpital, restée ouverte jusqu'en 1942.Suite à un incendie ,le bâtiment fut reconstruit en 1748,les magnifiques boiseries proviennent de l' apothicairerie du Collège de la Trinité de Lyon, le plafond est recouvert de toile marouflée  représentant des scènes mythologiques . Notre guide nous fait revivre  cette époque où l’on venait chercher quelques remèdes mirobolants à base de venin de serpent, l’apothicaire, sans scrupule, délivrait alors une potion  avant de  poursuivre ses comptes !

Décidément, cette ville recèle un riche patrimoine, il reste encore à découvrir la ville haute, le musée ...nous ne pourrons plus traverser Montluel de la même façon.

Chateau de CORMATIN

Visite du château  de Cormatin

Jeudi 24 Avril, la saison s'est achevée magistralement pour les jeudi évasion du CeSAM  par la visite du château de Cormatin (Saône et Loire) .

Après un parcours champêtre  par le Val de Saône, le Mâconnais  et une halte pique-nique, nous voici dans le sud de la Bourgogne où se dresse  ce magnifique  château du XVIIème siècle  élevé par Antoine du Blé d'Huxelles, gouverneur de Chalon.

Les façades en calcaire doré  offrent une architecture  sobre et imposante , la bâtisse a conservé  des éléments défensifs  tels que les douves  mais il ne  s' agit à cette époque , que d' affirmer le caractère noble  de la demeure et  de témoigner de la puissance des  propriétaires du lieu , familiers de la Cour et intimes de Marie de Médicis .

La visite  de l’aile nord débute  par la découverte d’un escalier monumental  dont les balustres sont identiques à celles du palais du Luxembourg ; de part et d'autre s'ouvrent les appartements  du marquis Jacques du Blé  et ceux de son épouse Claude  Phélypeaux.

Nous découvrons l’antichambre, la chambre, véritable salle de réception donc lieu public à l’époque  puis les cabinets  privés. Les pièces se succèdent, toutes somptueusement décorées, ors, sculptures, peintures, plafonds à la française, tapisseries ... chaque tableau est chargé d’un sens allégorique . Les propriétaires  voulaient retrouver  dans leur résidence d’été l’élégance et la sophistication  de la mode parisienne.

On découvre également la cuisine, la chapelle, la chambre de l’actrice Cécile Sorel  ( le château ayant appartenu , à la Belle Epoque , au directeur de l' opéra de Monte Carlo)...

 La visite s’achève par le tour du parc   où du haut de la volière, on a une magnifique vue d’ensemble sur les parterres et les façades.

Voilà un château  que  l’on peut qualifier de "royal"  qui a séduit les humbles visiteurs que nous sommes.

Firminy le CORBUSIER de l'Habitat au Sacré

Visite du site le Corbusier à Firminy le 27/03/2014

Une quinzaine de participants  ont profité d' une visite passionnante à Firminy : la  découverte de la cité conçue par le Corbusier .

C'est un guide originaire  de ce quartier  et passionné par son histoire qui nous fait  découvrir ce site exceptionnel .

Dans la maison de la culture, il nous présente la  genèse de "Firminy Vert" dont les plans furent élaborés dans les années 50 sous l' égide du maire de l' époque ,Eugène Claudius-Petit . De son amitié  avec le Corbusier va naître cet espace exceptionnel comprenant logements, centre culturel, piscine, église ...

Devant l'unité d'habitation (la seule finalement réalisée, à partir de 1965) notre guide nous donne toutes les explications nous permettant de comprendre l' originalité et l' inventivité  de l' architecte  tout en décryptant les aspects symboliques  de cette construction d' avant garde .L'immeuble de béton, construit sur pilotis  pour libérer l'espace au sol et favoriser le contact visuel avec la nature environnante, comportait ,à l' origine plus de 400 appartements , la plupart en duplex .

La visite de l' appartement témoin, de l' école et de la terrasse  nous permet de  mieux voir comment l' architecte a placé l' homme  au centre de son oeuvre , tout est conçu  à sa mesure ( utilisation du "Modulor" dont  la taille humaine  est l' unité de base) et pour lui apporter tous les services dont il a besoin .  

La visite de l' église St Pierre  met  en évidence la volonté du concepteur , par le choix des  formes, des couleurs, par la recherche effectuée sur la lumière , de réaliser une oeuvre dans laquelle tout est symbole .

Grâce aux explications données par notre guide, nous avons pu découvrir les réalisations  d' un architecte génial  et l' enthousiasme fut général .

Musée du Chapeau a CHAZELLES sur LYON

Visite au musée du chapeau  à Chazelles  le 20/02/014


Sous un soleil printanier ,une route pittoresque  des Monts du Lyonnais  nous conduit à Chazelles -sur-Lyon,aux confins  du Rhône et de la Loire  Après une pause déjeuner nous arrivons devant d'impressionnants bâtiments industriels , l' ancienne manufacture  Fléchet de chapeaux feutre  qui abrite  l' Atelier -Musée  depuis 2013.

Devant une" table de la foule", notre guide nous présente l'historique et les premières techniques de fabrication de cônes de feutre  à partir de poils de lapins. Si la confection de chapeaux dans la région remonte au Moyen-âge ,l' activité industrielle s'est développée  dans la seconde moitié du XIXème siècle  pour atteindre son apogée de 1930 à 1950 ,on compte alors 29 usines et 2 500 ouvriers à Chazelles . .

Nous allons découvrir  toutes les étapes  de la fabrication ,d'abord grâce à un film tourné dans la dernière  usine en activité jusqu'en 1997 puis devant les machines  encore en état de fonctionnement .

Sélection des poils  dans un mélangeur avec soufflerie, bâtissage  par aspiration sur un cône, vient ensuite  le semoussage  dont l'objectif est de réduire les dimensions du cône de feutre   ( travail physique très éprouvant sur plaque chaude, dans la vapeur) .Puis c'est le foulage et la teinture du feutre  ( on comprend alors l'expression "travailler du chapeau" due à l' utilisation de produits neurotoxiques)

On nous montre comment obtenir  différentes finitions  et donner forme à la cloche de feutre  puis vient l' étape du garnissage .Plusieurs  ateliers permettent de découvrir les métiers associés à la chapellerie  :formier, doreur, plumassier ,fleuriste ,modiste et chapelier .

Un ensemble de vitrines nous montre l'évolution du chapeau au cours des siècles ,  de l'escofion médiéval  aux chapeaux de la Belle Epoque  en passant par l'incroyable coiffure-pouf de Marie-Antoinette On peut aussi découvrir des créations de haute-couture et des couvre-chefs de quelques célébrités et puis essayer quelques uns des modèles exposés dans la boutique .


Ce fut une visite passionnante , chapeau !!!

 

Musée de l'imprimerie

Visite du musée de l' imprimerie  à Lyon le 9/01/2014

 

 

 Le musée est situé dans une superbe demeure Renaissance  (ancien Hôtel  de la Couronne) rue de la Poulaillerie .

La visite  commence par la découverte de l' exposition  consacrée à Eduard Ovcacek, artiste tchèque . C'est toute une déclinaison de compositions  à partir de caractères d' écriture  et de signes typographiques  sur des  supports variés  et avec des techniques diverses (gravures ,lithographies, sérigraphies...) que nous dévoile  notre guide .

La "leçon du A " nous permet de mieux situer  Ovcacek   dans le contexte politique :coup d' arrêt du printemps de Prague, normalisation  et années de plomb pour l' artiste dissident puis reconnaissance de son oeuvre encore méconnue en France .

Nous découvrons ensuite les collections du musée  avec le matériel d' imprimerie notamment les anciennes presses  dont Roger, notre organisateur,  nous explique le fonctionnement.

   Une superbe collection d' ouvrages imprimés et d'estampes  depuis le XVème siècle jusqu'au XIXème siècle est  exposée: première bible protestante en français, Placard contre la messe de 1534, oeuvres de Rabelais illustrées par Gustave Doré , journaux ,  affiches  chromolithographiées  , catalogues publicitaires , jeux de cartes ... Nous  restons admiratifs  devant le travail des graveurs sur bois ou sur cuivre . .

Le musée ,actuellement encore  en cours de réfection ,offre un panorama  exceptionnel  de l' histoire du livre et des techniques graphiques  de Gutenberg  à nos jours ; il est vrai que Lyon  fut un grand centre de production  et de commerce du livre   dès le XVIème siècle , la presqu'île comptait alors  un grand nombre d' imprimeurs .

 

 

PS  Impossible de mettre les bons accents  où il faut sur le nom  de l' artiste ! voir le site du musée .

Musée Gallo Romain de ST Romain en Gal

Visite du musée gallo-romain à St Romain -en-Gal.

 

Après avoir franchi le Rhône à Vienne , nous voici sur la rive droite du fleuve  où se dresse  le musée qui a ouvert en  1995.

Le bâtiment d'exposition permanente construit sur pilotis surplombe le  site archéologique ,sa structure aérienne ,transparente, offre une vue d'ensemble  sur les deux rives du fleuve  où s' étendait Vienna , grande ville de la Gaule romaine .

Les vestiges  du quartier  résidentiel, artisanal et commercial de St Romain- en- Gal  sont aujourd'hui couverts de neige  mais notre  conférencier  va faire revivre cet espace en nous faisant découvrir les collections du musée .

Une  mosaïque  représentant le  dieu Océan  rappelle les liens  de Vienne avec la mer , grâce au fleuve qui a permis son développement économique ;  une maquette de la ville montre  bien les avantages  du site particulièrement favorable aux échanges commerciaux . La reconstitution  d'un navire chargé  d' amphores et de tonneaux  évoque  le commerce des produits alimentaires .

Les objets exposés dans les vitrines montrent différents métiers exercés par les artisans : fabricants d' objets en os , plombiers ,céramistes ,mosaïstes ,foulons ...

Mosaïques,  fresques, maquettes  nous font découvrir l' originalité de ce quartier  et l' ampleur de la romanisation ( mosaïque d'Hercule, fresque évoquant les sports de la palestre ...)

Ateliers , boutiques, entrepôts, bains publics  voisinent avec les belles demeures  dont la superficie varie  de 500 à 5000m² ! La reconstitution  d'un angle de jardin  à péristyle , d'une salle à manger  avec l'exposition de différentes fresques et mosaïques  montrent  le raffinement de ces habitations .

La visite s'achève avec la présentation de la superbe mosaïque représentant  le châtiment de Lycurgue .

Nous repartons enchantés par  cette plongée dans l'histoire  gallo-romaine de  Vienne  dont les vestiges  sont formidablement mis en valeur par l' architecture du musée .

×